COURIR EN MONTAGNE

4 montées et descentes du Ventoux
4 disciplines

mai 2017
› Résultats

CR Nico

Histoire de changer de la routine annuelle habituelle, je me laisse tenter par cette épreuve découverte par hasard sur le web.
Un pied en hiver avec du roller bâton et un pied dans le reste de la saison avec du trail, du vtt et du vélo route. Le hic, c’est le parcours : Bédouin- Sommet du Ventoux aller-retour pour le trail et le vtt et aller simple pour le reste.
Allez zou , je suis inscrit, il faut acheter un peu de matos, des rollers en roues de 100 mm pour aller plus vite et qui seront vite apprivoisés dans le col local, le limouche.10,5km à 7 % de moyenne. Je n’ai rien d’autre sous la main pour travailler l’enchaînement. Montée en roller, descente puis montée puis redescente en trail puis remontée en route. Pour le vtt, la transbaronnie servira pour s’endurcir sans compter les 3 recos du Ventoux effectuées au printemps.
Je suis d’attaque.
Départ 6h et beaucoup de vent au sommet. Première surprise, ça part à fond dans la ville de Bédouin alors que j’avais compris qu’il fallait traverser sans se presser puisque un pointage serait effectué à la sortie…
Pas de pointage et je sors de Bédouin déjà très loin des premiers. Certains le font en relais et seuls 17 concurrents ont choisi l’enchaînement des 4 disciplines. Les places sont rapidement prises dans une telle montée. Je suis avec un fondeur de Maurienne, dans son abri, il ne demande pas de relais, cool. A partir du chalet Reynard, à découvert le vent se fait sentir et 2-3 concurrents sont plantés dont un qui monte sans bâton et avec des rollers de vitesse. Il me reste à peine 2 kilomètres quand le premier concurrent passe en descente en vélo. Ca va, y a pas de mal, il est monté en 2h 01 contre 2h 11 pour ma pomme. Au sommet, il fait très froid et déjà 2-3 abandons. Je descends en tenue d’hiver, j’ai 50 minutes pour rejoindre le parc de transition de Bédouin. Inutile de bomber. C’est parti pour 37 km de trail, ma discipline.
Les écarts sont très importants et je ne vois personne devant. Un concurrent me dépasse, zut, moi qui croyais reprendre des places….Au sommet, il est là au ravito et 2 autres sont partis 10 minutes plus tôt dans la descente. Un petite alerte de crampes qui passera et me voilà à Bedouin ou je dépose le concurrent qui m’avait doublé dans la montée. Il marche dans la ville. 4h03’ pour le premier contre 4h22 pour moi.
Dans le parc de transition, pas d’infos mais je pense être 7 ou 8. Pas top le ravito et du coup, je file à la voiture chercher une pizza qui passera très bien dans l’organisme. Go vtt !!
Deux concurrents par équipe m’enrhument dans les premiers kilos, c’est dur, terrain cassant mais je l’ai reconnu et ne m’affole pas. Bien plus haut, je double deux concurrents , hélas pas des solos, qui sont couchés dans le talus à récupérer….Enfin le sommet, le vent est terrible et rester sur le vélo est impossible sur les crêtes.Vivement la forêt pour se retrouver à l’abri. Je suis avec un concurrent en relais. Arrivé en bas, on me demande si je repars ? Bien sûr ! 4h35’ de vtt pendant que le premier mettait 3h44’, c’est clair, je suis une buse en vtt et je le savais.
Le vélo de route, ça me connaît ! Je ne m’affole pas et le compteur ne dépassera pas les 10 km/h. On est plutôt à 8,5 dans la montée en 34x27. Pas de coup de moins bien, montée régulière en plus de 2h quand même. Il fait nuit et zéro à 21h au sommet. Je ne suis pas assez habillé pour redescendre en vélo et aucune boisson chaude là-haut. 2h33 !! contre 2h 04 pour le premier solo.
2 concurrents arrivés devant moi sont dans le camion, transis de froid, je les rejoins avant de redescendre dans un véhicule de l’organisation. J’ai bouclé ce défi en 13h 19’, 5ème position sur 17 à 1h28 du premier et 27 minutes du second. 8 concurrents seront classés et 9 ont abandonné. Un goût d’inachevé car sans info sur les concurrents, j’ai mené cette affaire sur un rythme linéaire sans jamais m’accrocher ce qui est bien dommage. Une prochaine fois peut-être.
Une petite vidéo