Tour du MONT-BLANC en VTT

1999

Une nouvelle tentative du record du tour devrait se dérouler en août 1999, à une date encore indéterminée car elle se fixera au dernier moment en fonction de la fonte des névés et de la météo (il faut que l'isotherme 0°c soit le plus élevé possible). 
Cette nouvelle tentative est motivée par l'évolution du matériel ces dernières années, une évolution vers une plus grande légèreté. 
Ainsi par rapport à 1992, un gain de plus de 2,5 Kg sur le VTT est réalisé. J'espère pouvoir descendre en dessous des 14 heures. 
Jusqu'au mois d'août, j'essaierai de tenir à jour cette page pour vous tenir informé du matériel utilisé.

25/04/99

Le VTT du record sera un Trek Y22 avec une fourche Fournalès Shark XC. 
Les principaux composants seront des roues Rigida XC 420, le sublime système d'indexation de EGS avec sa poignée X-pro et le dérailleur Up-Cage à chape horizontale. 
Tout fonctionne à merveille, le système d'EGS est impressionnant de précision et d'ergonomie. Pour l'instant pas question de repérages avec la neige qui est retombée dernièrement. Par contre l'entraînement se déroule comme prévu.

1/05/99 

J'ai pu faire une des premières sorties moyennes avec le beau temps et la chaleur. 
Une cinquantaine de kilomètres et 1200 mètres de dénivelés positifs n'ont pas suffit pour dérégler quoi que ce soit sur le VTT. 
Matériel RAS. 
Condition physique RAS. 
La neige fond, sur les adrets elle remonte à vue d'oeil...

20/05/99 

Course à pied et VTT sont au menu depuis près de trois semaines mais cette p....de pluie ne  veut pas s'arrêter, et le VTT sous la pluie quelle galère (d'ailleurs je n'en fais pas).  En plus, sur le parcours du TMB, l'été c'est très très sec...  Matériel: RAS tout fonctionne parfaitement. Je suis encore surpris par la facilité déconcertante  du changement de vitesse avec le X-pro d'EGS.

25/05/99 

Du nouveau sur le site internet: le VTT du record vous est présenté en photos et en technique.

27/05/99 

Le déroulement de la "logistique" du record sera des plus simple. En effet, je partirai seul pour ne pas être accusé d'avoir été aidé par qui que ce soit au cours d'un portage ou d'un incident mécanique.  Le départ se situera toujours à Chamonix, un ravitaillement sera déposé aux Chapieux et un autre ravitaillement me sera donné par ma femme à Champex.  Tous les ravitaillements intermédiaires seront sur moi, ainsi qu'un portable et le nécéssaire de réparation.  Il est bien entendu qu'au premier ennui mécanique grave, la tentative serait stoppée pour une nouvelle un peu plus tard.

14/06/99 

Le départ et l'arrivée se feront devant le magasin TRAJECTOIREà Chamonix. La première tentative se déroulera durant le week-end du 31 juillet, 1er août et 2 août.  Les cols de la Seigne et du Bonhomme sont encore bien enneigés mais le soleil travaille pour moi.

28/07/99 

La météo n'est encore pas sûre pour samedi 31 et dimanche 1er mais je vais tout de même aller à Chamonix pour éventuellement partir s'il fait beau.

30/07/99 

Après plusieurs coups de fil aux météos de Cham et de Bourg st Maurice, il semblerait que le temps soit de la partie pour samedi ou dimanche. Donc départ et tentative...

1/08/99 

Tout se déroulait pour le mieux, je possédais, à la mi-parcours,12 minutes d'avance sur le temps de 92 malgré les conditions humides en descente de cette fin juillet et ...plus de carburant. 
Une fringale inexpliquée au bout de 7 heures d'efforts malgré tout ce que j'ai pu avaler pendant ce temps. 
Or, depuis la tragédie du tunnel du mont-blanc, le tunnel est fermé et mon assistance était placée plus loin sur le parcours (dernier tiers), j'ai donc dû renoncer à continuer par faute de carburant. 
Et pour arranger le tout, une vieille tendinite au poignet gauche s'est réveillée. 
Avant d'envisager une nouvelle tentative, je vais essayer de guérir ce bobo, de bien récupérer et réfléchir à une nouvelle "stratégie" pour l'assistance, tout étant compliqué car pour faire le tour en voiture il faut faire plus de 400 km de routes de montagne. 
Je ne vous cache pas que les nouveaux paramètres font que les nouvelles possibilités de tentative sont restreintes ( pleine lune, beau temps...) mais elles existent.

30/08/99 

Nouvelle tentative le 21 août : 
Même scénario de départ, décalé de 15 minutes pour avoir le jour au sommet du premier col, par contre, je pars moins vite. 
Une minute de retard au premier col, 10 minutes d’avance au deuxième, 11 au quatrième. Arrivée en Italie, où ces P…. de touristes font des barrages sur la route, c’est très joli mais à 70 km/h en descente, cela peut faire des lits réservés à l’hôpital pour deux idiots, l’un incrusté sur une fourche Fournalès, l’autre, votre serviteur, les poignées de frein soudées dans la paume des mains et l’italien mauvais. 
Pas de collision, inouï, et la route qui s’inverse, au revoir les 70 km/h et bonjour la séance de galère. 
Incroyable, les Italiens ont changé le pourcentage de la route, je suis scotché, impossible de trouver mon rythme, mon cardio-fréquencemètre qui n’avait pas dépassé le 160 se met à m’annoncer des valeurs bien plus élevées. 
Je suis dans le rouge à 10 km/h sur le petit plateau, l’horreur… 
Le coup de pompe, l’épuisement, la déconfiture, l’arrêt pour récupérer. 
Cinq minutes d’arrêt font fondre mon avance à cinq minutes, mais je ne récupère pas, je repars tout de même. 
J’espère que personne n’aura l’idée de faire du VTT dans le coin, car si une mama italienne me double en vélo, ou à pied d’ailleurs, je casse mon Trek carbone tout suspendu à coup de cailloux. 
Le cauchemar continue, pas de récupération en vue mais bel et bien 1300 m de dénivelé positif et le col du Grand Ferret et ses 2534 m. 
Je dois passer ce col, mon assistance, ma femme, est de l’autre côté et cette montagne est entre nous deux. 
Je l’ai passé ce col du Grand Ferret, mais avec 38 minutes de retard sur le temps de 1992, vous devinez la suite… 
S’asseoir dans la voiture et partir, de toutes façons ce n’était pas la peine de continuer, trop de retard, trop de fatigue et la montagne qui est toujours aussi belle, ma femme aussi d’ailleurs, surtout lorsqu’elle est là pour me rapatrier.

Les VTT ont bien maigri, je suis bien en plein âge d’or pour ce type d’endurance mais le tour c’est toujours 5 heures de portage minimum, des alternances VTT en montée, en descente, marche avec 13 kg dans le dos et 6000 m de dénivelé positif et autant en négatif.

Après 18 tours du Mont-Blanc en VTT, je ne pense pas refaire de tentative contre ma propre perf, moralement je trouve difficile de se battre contre son propre temps. 
S’il vous plaît, battez ma meilleure perf de 1992, à la régulière bien entendu, pas avec des gélules ou assimilés qui vous font oublier que c’est dur. 
Alors je repartirai, faire du slalom spécial en Italie avec les touristes pour piquets, pour voir si je peux vous battre…à la régulière.