COURIR EN MONTAGNE

Montagn'hard 2010
120km 10 000m+
› Résultats

CR Michèle

Un début de saison tardif, et sans préliminaire, sous la forme du 49km du Nivollet Revard, où j’ai pataugé dans la glaise, puis dans le bouchon des échelles, récoltant une tendinite au tendon d’Achille, début de quelques ennuis aux pieds. Un sursaut d’énergie vitale quand Patrice m’a doublé, ce qui m’a permis de m’accrocher un peu dans les lacets de la descente, avant de m’éteindre sur le plat, en ayant comme seul objectif survivant, la douche !
La Montagn’hard a suivi, me propulsant à l’objectif 120km pour 10000m de positif, pas bien prête.
Il faut rappeler que depuis plusieurs années, la plupart des courses nécessitent une inscription très en avance. Pourtant, les inscriptions de celle-ci, se trouvaient encore ouvertes le vendredi, veille du départ. J’avais vraiment envie de la faire, à cause de ses sommets successifs à franchir, sans bousculade vu le nombre d’inscrits, dans cet espace balisé mais pas trop quand même. Le profil type anti stress car je trouve reposant de courir à mon rythme, et inversement.
Le début du parcours empruntait les chemins PTL, super cool. J’étais carrément en forme à l’attaque du Mont Joly, bien que perturbée par un ciel menaçant. Arrivée à la bifurcation du 56km, j’ai tourné un peu, hésitante, et demandé aux Chalets des Marmottes si je pouvais m’arrêter le temps de l’orage, n’ayant pas l’intention de me retrouver sous les éclairs sur cette arrête, mais pas tout à fait disposée à la fuite avec abandon du dossard.
Tentative réussie, et se sont installés autour de la table Chantal, quelques coureurs, Hervé le journaliste et Dan. L’étable mitoyenne, nettoyée par Paul en prévision de l’orage, accueillant tous les autres arrivants durant l’arrêt officiel de la course jusqu’à stabilisation météo.
Après cette première interruption, de 1H50, qui constitue un 1er bonus pour l’an prochain, j’ai fini par revenir dans la course grâce à l’ atmosphère feutrée de la nuit tombante dans la forêt, seule avec les bruits de la faune, puis rattrapée par deux gars, juste le temps de se perdre un peu en direction de la Balme. Nous discutions, abandonnés au pilotage automatique, et c’est le confort inattendu de cette route « plate », qui a révélé l’erreur et forcée le retour vers le départ du sentier caillouteux qui mène au Col de la Fenêtre. Sur le sommet, un spectacle 3D attendait les rares coureurs dont l’un vomissait par excès de dénivelée, sous le ciel pur étoilé en dessus de lui. Tout autour, un cercle lumineux d’orages lointains, faisait rougeoyer les nuages. Plus inquiétant que beau, pour aborder l’Aiguille Croche.
J’avais auparavant décidé de dormir une heure au Signal, pour ne plus me retrouver dans cette situation récurrente et pénible d’avoir sommeil sans pouvoir m’assoupir ne serait-ce que quelques instants.
Et sur la route déserte, j’ai aperçu Chantal, esseulée, tâtant la roche obscure pour trouver son chemin, sur les une heure du matin.
Nous avons rallié ensemble la base de vie du Signal pour un deuxième arrêt récupérateur mais sans projet horaire véritable, sauf de partir avant le serre file, et une programmation « tirée aux dés », pour un réveil à 5H du mat.
Quelques aller retour sur le bas de l’Aiguille croche avec ce dernier, à la recherche de la bifurcation du 90/120km, lui, voulant s’y poster et nous, trouver le bon trajet en vue d’une tentative de fin du parcours du 120km, avec ascension sur l’arrête ensoleillée, suivie de la dégringolade sur le Col du Mont Joly et interception par le 4X4 des barrières horaires, chargé de récolter les coureurs en retard.
Ils nous ont laissé le choix d’abandonner, ce qui aurait été frustrant, ou de récupérer le parcours de repli vers St Nicolas de Véroce, via le Mont Joly, en petit groupe pas pressé, pour une arrivée honorable, où nous avons trouvé, Patrice venu nous accueillir en vélo et qui repartira sous un troisième orage.

CR Nico

Course hors-norme qui a de quoi refroidir. T1000 compare ça à un Calenzana-Verde avec la caillasse en moins mais des montées plus longues type Mont Joly, col de la fenêtre ou encore Aiguille Croche.
Ces trois sommets sont enchaînés sur une distance de 45,7 km avec 4172m positif alors qu'on a déjà fait la même chose entre le départ et les Contamines...
Je décide de prendre un départ prudent, toutes les conditions sont réunies pour réussir cette course. Pas de douleur, pas de fatigue et un entraînement adapté. La nouveauté, c'est le régime alimentaire inexistant la semaine précédent la course avec même une pizza des plus crémeuse à 16h la veille de la course !
Les kilomètres s'enchaînent sans problème, il faut durer c'est tout. Je suis quand même surpris de voir que T1000 navigue à 45 minutes à Bionassay. C'est beaucoup et je me dis que je ne me suis pas trompé, cette course est taillée pour lui. Je me fais reprendre en descente là où Lucho fait parler les quadriceps.
Arrivé aux Contamines, je suis super, plaisante avec les bombies et me concentre sur le mur qui se dresse devant moi : le mont Joly. Je sais que la course commence maintenant . Il est midi environ et on est parti pour 11h d'enfer. 2535 mètres, montée interminable très raide en bas et qui se termine par 2 crêtes type droit dans la pente. Je peine à 500m du sommet mais ne me désunis pas. La descente se passe bien et j'attrape l'orage à 10 minutes du ravito de l'Etape. Même pas le temps de mettre le Goretex, la pluie me fait du bien. L'organisation annonce course neutralisée. J'ai tout mon temps et squatte un lit de camp. Je m'endors à moitié en espérant que la faim revienne et c'est ce qui se passera. 1 heure d'arrêt et je repars vraiment tout neuf, je n'en reviens pas. On part à 8 et le seul qui me passera dans la montée du col de la fenêtre sautera dans la deuxième nuit.
Arrivée au Signal où je retrouve trois coureurs attablés. Ils ont l'air bien à part un qui a sommeil. Je leur dis qu'il faut passer l'Aiguile Croche et qu'après ça sentira bon, ils ne partagent pas mon point de vue. La deuxième nuit sera fatale pour 2 d 'entre eux et le troisième a dormi trop longtemps au col de Basse-Combe.
J'ai vraiment du mal dans l'Aiguille Croche, j'avance plus. La descente est très raide et le ravito ne vient pas. Je commence à avoir du mal à m'alimenter. Au ravito, on m'annonce course neutralisée à nouveau puis contre ordre 2 minutes après. Trop tard, je pars au lit bien décidé à me reposer pour pouvoir me réveiller et m'alimenter correctement. Après une heure 30, je repars mais sans avoir pu avaler grand-chose. Les jambes sont incroyablement bonnes mais plus de carburant. J'avance à l'économie seul dans la nuit bien vigilant pour les balises. Ravito de Basse-Combe, où je fais un gueuleton!! Café, fromage, jambon, pâte et potage!!!!!!
Tout vomi 20 minutes plus tard.....Je ne sais plus avec quel carburant j'avance, mais ça file pas mal et rattrape la 1 ère féminine avec son poisson pilote. On arrive ensemble à Megève après avoir repris un gars bien détruit dans Rochebrune.
J'avale une maigre soupe et m'arrête au bout de 15 minutes pour manger mon fromage et jambon crû que je traîne depuis 28 heures. C'est un coup de poker. Soit je restitue tout une fois de plus, soit ça passe. C'est passé, je bascule sans trop de mal à l'épaule du Joly en prenant 25 minutes à mes trois compères de Megève et fais la descente avec des quadriceps en super état: 10 ème à l'arrivée. Finir était l'objectif alors finir et à la 10 ème place, c'est une satisfaction totale!! Je savoure.
Pas fini que déjà quelque-chose d'autre se profile. Un truc qui mettra un terme définitif à tous ces ultras, un raid capable de renvoyer tout le reste au rang de simple trail très difficile parce que ce truc n'est pas très difficile, c'est tout simplement l'UTM:Ultra Trail de la Mort. 162km et 13400 mètres positif. Vous l'avez reconnu, le GR20. Je ne ferai aucun autre ultra en 2011.

CR Luc

Les données chiffrées de cette course m'avaient bien plu : 120 km et + 10 000 m. Exit les portions roulantes de l'UTMB, on se concentre sur le coeur du problème : les montées et les descentes !
Quelques mails plus tard et Chantal, Michèle, Dan et Nico étaient inscrits. Pour Nico, le travail au corps fut rude, il ne voulait pas le bougre. Soit-disant trop dur pour lui ! Mais bien sûr ! Il a quand même envoyé son inscription dans un moment de lucidité.
Départ de course comme je les aime : 150 coureurs, simplicité et sérieux.
3 h du matin, zou ! Tout le monde est laché. Avec les frontales, on ne sait plus qui est qui, il me semble que Nico est derrière. Je décide d'adopter une stratégie d'ultra, ne pas se mettre dans le rouge, à aucun moment. Je monte au train, entre 15 et 17 m/min en début de course et descend sans m'emporter pour préserver les quadriceps.
Dès que les énervés sont calmés, c'est à dire dans la montée au Prarion, je commence à doubler, 9 coureurs et une coureuse seront mis derrière. J'ai atteint ma vitesse de croisière. Je m'alimente du mieux que je peux, soupe au ravito, pâté croûte, bananes...
Je peine dans la montée derrière les Contamines, dans ce grand couloir d'avalanche où on prend 900 m. Florence m'appelle et me dit qu'elle se trouve dans cette descente, je la verrai vers le bas avant le ravito des Contamines. A ce ravito, je prends le temps de m'alimenter, je mange 2 bols de pâtes et bois du coca. Je passe 10 minutes avant la grande montée au Joly, il ne faut pas faire d'impasse sur l'alimentation. La montée au Joly sera dure, je monte en 2 h 06 mais je ne suis pas dans le rouge. Superbe panorama sur cette crête et il faut descendre sur l'Etape. La pluie me rafraîchit, ça fait du bien mais les nuages sont de plus en plus menaçants...
J'arrive à l'Etape et le coureur davant moi est bien cassé, je m'arrête plus de 10 minutes et repars vers ND de la Gorge, le ciel est très menaçant. A ND, il y a Florence et je lui dis mes craintes vis à vis de l'orage, j'appelle Olivier Tribondeau, l'organisateur. Il me dit de monter et d'attendre à Nant Borrant. Pas le temps d'atteindre Nant Borrant, le déluge arrive, je m'abrite dans une bergerie en ruine, la foudre tombe à 200 m. Le 10ième (Stéphane)me rejoint dans cette bergerie, on y restera 20 minutes. Le ciel se découvre et on repart. Les pieds commencent à être mouillés...
Le col de la Fenêtre passe sans trop de mal et le ravito du Signal fera du bien avec les pâtes et les bananes. Il fait soleil et l'aiguille Croche nous attend. Je suis moins bien que Stéphane et le laisse partir dans la montée. Le gars qui était devant nous abandonne, je suis donc 9 ième ! Stéphane avait plus de 10 minutes d'avance avant la crête de l'aiguille Croche mais il n'est pas au mieux et je le rattrape dans la descente. Ravito succint et c'est parti pour de la course dans l'eau ! Je vais me tremper copieusement les pieds et les chaussettes imbibées vont se révéler de terribles ennemies. La peau sous les pieds devient flétrie et très sensible, cette situation va me faire mal voire très mal pendant les 35 derniers kilomètres.
Mais, on n'est pas là pour se plaindre et je continue, le parcours de nuit est difficilement compréhensible géographiquement, je suis les balises sans trop réfléchir où je suis. Je m'explose un ongle d'orteil dans la descente avant la montée au Bionnay, put... !
Je rentre dans le dur, seule l'envie de terminer est présente, plus de plaisir, l'alimentation est subie, je n'ai plus envie de rien. je me retourne souvent mais personne derrière, je suis donc 8 ième ! De Megève, la montée est encore bien rude mais une fois l'épaule du Joly atteinte, c'est fini, 750 m de négatif à fond de mes possibilités du moment, c'est à dire pas très rapide et c'est la fin avec Florence et les petits qui courent avec moi.
Olivier m'anonce 7ième, le gars devant moi à basculé sur le 90 km, trop crevé.
C'est inespéré comme place ! Nico arrive 3 h après à une super 10ième place, deux Desplanches dans les 10 premiers ! Michèle et Chantal seront détournées sur le 90 km à cause des barrières horaires mais sans la neutralisation de la course (perte de temps de 1 h 30), elles passaient.

CR Dan

Un tout petit CR pour le tout petit 56km…
M’étant inscrit sur le 120km en janvier je ne pensais pas prendre le départ avec 50km et 2300 de D+ d’entrainement. Je dois même aller chez le toubib le vendredi matin. Plein de fraicheur, d’envie et sans sur entrainement, je m’installe donc sur la ligne de départ samedi à 3h du mat. La première et la deuxième montée passe bien au niveau des jambes mais les intestins imposent plusieurs arrêts. Je vois passer Chantal mais point de Michelle. Depuis le départ ce que j’ingurgite ressort sans passer par la case digestion. Du coup je prends un coup de bambou dans les 650m de remontée au départ des contamines. N’ayant pas assez de cuisses, je compense, et ma récurrente tendinite du fléchisseur du pied apparait dans la descente. Au ravito des Contamines je décide de faire le 56km voulant ainsi éviter une trop longue convalescence pendant les vacances.
La montée au Joly est raide et la douleur confirme mon choix. En sortant du bois, une bonne vingtaine de coureurs sont sur le chemin menant à la Bergerie des Marmottes. L‘orage se déchaine et c’est son et lumière pour tout le monde. Par sécurité la course est neutralisée et je retrouve Chantal et Michelle autour d’un bol de thé et d’un fromage maison. Accueil très chaleureux de la part des proprios de cette bergerie. Je distribue tout mon ravito embarqué que je n’ai pu manger. A 17h30 tout le monde repart, les filles vers le haut, 120, moi vers le bas. Je descends assez bien et rattrape un concurrent souffrant d’une tendinite. Je l’accompagne jusqu’à l’arrivée en discutant. Même si on se fait doubler plusieurs fois, aucune importance. Je me dis que, vu ma préparation, finir sans trop de bobos n’est pas si mal. En tout cas très belle course, très exigeante, des bénévoles sympas,… A refaire avec Isa et plus de préparation !

Montagn'hard 2012
113km 9 300m+
› Résultats

CR Michèle

Je suis vraiment contente de cette course. Très dure avec ses 9000 D et très sympa.
En mal d'une belle grande course accessible avec les capacités du moment, un peu vacillantes, j'avais tilté au printemps sur la Montagn'hard comme une évidence.
D'abord parce que je connaissais le parcours dans ses grandes lignes, un avantage pour couvrir la distance et d'autre part une volonté de finir en gérant des barrières que j'ai jugées dans mes cordes. J'ai pris 3 demi litres de poudre énergétique Effinov jusqu' aux Contamines et quelques gorgées de bière délicieuse offerte par « Bagnard », à Tré la tetê…(Clin d’œil au Toe, aisément reconnaissable), entre les ravitos bien garnis servis par des bénévoles généreux.
J'adore être sur la Course, car il y a beaucoup de bons moments, de rencontres, de paysages magnifiques. L'organisation était vraiment au Top. Cependant l'arrivée, c'est quelque chose d'exceptionnel, et ne pas finir, ce n'est vraiment pas pareil, que de passer la ligne. Je ne l'avais pas finie en 2010, à cause d'une démotivation due aux orages et J'avais quelques autres chantiers pas terminés, comme le ratage du Grand Cruet 2011, que j'ai arrêté aux Aillons, dû à un manque de progression dans le choix des courses, suite à une élongation à l'ischio durant l'hiver.
Le TOE étant l'objectif 2011, a été parfaitement réussi, mais trop de courses derrière ont entamé mon physique, TGC, Gapencîmes, et j'ai abandonné aux Hospitaliers, épuisée à qqs km de l'arrivée. Au Maratour de Chartreuse, c'était le mental qui a fait défaut. Aucune motivation, pas d'étude sérieuse du parcours, et une crainte de l'orage annoncé sur Chamechaude pour mon heure de passage, m'ont fait mollement rater la barrière de 12mn.
Par contre le sac était au Top et les grimpées de Grandsom et Charmantsom un bel entraînement. Du coup, pas question de ne pas finir cette fois ci. Les mauvaises habitudes se prenant très vite, j'ai dû faire fort, pour repartir de la Commanderie. Avec mon pacer, nous venions de prendre une douche froide ventée et nous étions trempés jusqu'aux os et la douleur de son genou s'est réveillée au froid humide. Je n'avais pas l'intention de me faire doubler par l'orage ce coup là, mais j'ai fait une erreur en ne voulant pas croire à la pluie qui était pourtant annoncée. Un sur pantalon aurait amélioré les choses pour Patrice. Ils sont restés dans le sac aux Tappes. Il restait le Col de Véry, sous l'aiguille Croche et le Mont Joly suivi de 1500m de descente, heureusement la pluie s'est calmée.
Durant le parcours il y a des passages typiques et montagn'hard. Des coupes, droit dans les pentes d'herbes, un éboulis où il faut donner la main aux rhododendrons, la descente dans les rochers des enclaves en nocturne, la traversée boueuse foulée par les vaches et en dévers pour arriver au Monument, le passage ludique dans les rocailles ouest du Joly et plein d'autres festivités. J'ai fait 3eme au scratch, çà ne se voit pas car je suis sous la douche...il paraît que c'était utile!

Montagn'hard 2013
107km 8 600m+
› Résultats

CR Luc

La Montagn'hard 2013 est mon second objectif de l'année après le GR73 et avant l'Echappée Belle dans Belledonne. Le menu est toujours aussi impressionnant et sera partagé par 235 coureurs. Organisation impeccable, une navette vient nous chercher à 3 h 45 au camping des Contamines près de ND de la Gorge, cela évitera de garer la voiture au départ. Préparatifs terminés, l'attente du départ se fera dans les premières lignes. 200 mètres de goudron puis c'est parti pour du D+, D-, D+...
Je trouve que ça part vite, mais alors que dire en descente, des coureurs à fond comme sur un trail de 20 km. Bref, je suis très surpris. Pas longtemps en fait, dès les deux montées suivantes, tous les excités explosent.
Je passe dans les 30 au premier ravito puis jusqu'aux Contamines, le début des défaillances dues à la chaleur. Je mouille la casquette et les jambes à chaque torrent, chaque fontaine et aux Contamines, je fais de même à la fontaine près du ravito. Je repars en 28 ième position de mémoire. La montée du Joly va en faire sauter un paquet puisque je me retrouve 22 ou 23 à l'Etape. Je rejoins Cédric qui va faire pacer à ND de la Gorge. Beau train jusqu'au col de la Fenêtre où on reprend 2 coureurs, je rentre dans les 20.
Splendide coucher de soleil en montant au rocher des enclaves, on arrive 18 au barrage. Cédric n'est pas au mieux dans la montée au Monument, il boira un café et c'est parti pour la Croche et l'arête jusqu'au Joly. On passe 17. Descente rapide pour ne pas se faire reprendre et je termine à 30 secondes du 16 qui avait un paquet d'avance pourtant.
Fini en 22 h 18.
39 % de finishers... Belle course, temps splendide, belle place, bonne gestion de course je pense...