Tour du MONT-BLANC en VTT

Historique


Récapitulatif des tentatives réussies connues sur ce parcours



07/1990 : 25 h 10 par Christophe, Marc et Luc
07/1991 : 16 h 27 par Marc et Luc
07/1991 : 15 h 09 par Bill
08/1992 : 14 h 22 par Luc
08/2009 : 13 h 55 par Luc
09/2009 : 14 h 28 par Jean-Pierre


1989

Du 30 mai au 3 juin 1989, Christophe Dehurtevent et Luc Desplanches font le Tour du Mont-Blanc en autonomie quasi complète.
Les névés sont nombreux, les chaussures mouillées et les vélos soumis à rude épreuve.


Dur, dur le premier repérage en VTT...




1990

En juillet 1990, en partenariat avec Décathlon, Christophe, Luc et Marc Chatelas essaient de boucler le tour sans s'arrêter.
Bilan : 25 h 10
du vomi de Luc en Italie et de nouvelles idées...





1991

Mi juillet 1991, Marc et Luc repartent avant de prendre en charge des clients sur le TMB.
Cette fois-ci, la boucle devra se faire dans la journée.
Départ tôt le matin et portage avec des claies.
Bilan : 16 h 27
Fin juillet, nous attendons de pied ferme des belges qui se sont manifestés pour battre le record.
Forts, très forts les belges, ils nous mettent 1 heure et 15 minutes !
Pour cet été, c'est fini car entre le VTT et la course à pied, nous cumulons chacun 100 000 mètres de D+ car pour changer d'activité, nous avons fait le GR54 en courant...




1992

2 août 1992, départ à 4 h 50 pour Luc et arrivée
14 h 22 plus tard.
Options choisies : partir seul et plus de claie de portage.




2009

Sur proposition d'Anthony, un départ est programmé dès l'hiver pour les 1 ou 2 août 2009, le jour sera choisi en fonction de la météo.
Elle est parfaite pour le 1ier août et mauvaise le lendemain donc départ le samedi.
Nous serons 2 : Anthony et Luc.
Réveil à 4 h pour un départ à 4 h 50 des Gaillands, il fait très frais mais arrivés aux Houches avec la montée de Voza, nous n'aurons plus jamais froid.
Voza s'avale ensemble à la lueur de nos frontales, le jour se lève sur le Mont Blanc, c'est chouette...
Passage au sommet en 1 h 10, extinction des loupiottes et zou la descente jusqu'à Bionnassay et nous bifurquons à gauche sur le GR. La large piste nous mènera à la route et les Contamines sont là. Passage en un peu moins de 2 h à Notre dame de la gorge puis le col du Bonhomme va scinder notre binôme. Anthony prend du retard, à la vue des temps de passage, je décide de filer seul devant, c'est un peu risqué en cas de pépin mais bon...

Je passe le Bonhomme en 3 h 42, la Croix du Bonhomme en 4 h 12. Grosse descente aux Chapieux atteints en 4 h 35. Je mange une banane et entame la montée à la Ville des Glaciers. Le col de la Seigne se fera vite, j'ai la forme, je monte avec un groupe de préparation à l'UTMB encadré par Vincent D. et Michel C., nous tapons la causette, c'est agréable. Du coup, passage à la Seigne en 6 h 07 ! 40 minutes d'avance, bien !
La descente jusqu'à la Saxe sera tendue car dès les lacs de Miage, ces p.... d'italiens se baladent sur la route en groupe en faisant des barrages, j'en ai évité quelques uns de justesse et plusieurs arrêts cardiaques sont à déplorer !

La Saxe est atteinte en 6 h 39 au lieu des 7 h 22 de 1992 mais problème, Joëlle n'est pas là avec le ravito, j'attends 2 minutes en mangeant un sandwich du sac et repars. Je n'ai plus de coca dans la poche à eau, il va falloir s'arrêter plus haut. Je fais une pause remplissage à une fontaine. Cette portion est mortelle, il fait chaud, c'est dur...
D'Arnuva au refuge Elena, je ne serai pas au mieux, le passage du coca à l'eau me coûtera pas mal. Au refuge, j'achète 2 coca et remplis ma poche, ça va mieux, je monte au Ferret, je double tous les marcheurs, en poussant/portant mon VTT, même les gars qui repèrent en vue de l'UTMB, bon signe car je commence à être naze.

Passage au Ferret en 9 h 07. Enorme descente jusqu'à Issert en 9 h 50 puis montée à Champex dans le chaud, passage chez Léon (cf PTL) pour acheter à boire et à manger. La tartelette aux myrtilles sera un sacré plus. Départ pour Bovine, la dernière montée mais quelle montée !
Elle passera bien avec un passage en 12 h 35, toujours plus de 30 minutes d'avance.
La descente sur le col de la Forclaz sera dure, je chute une fois sans gravité mais je laisserai du temps dans cette descente...A la Forclaz, je débranche le cerveau et enquille à plus de 80 km/h sur la route jusqu'au pied du col des Montets atteint, lui, en 13 h 38.
Route jusqu'à Cham et là, il y a beaucoup de voitures qui gênent. Arrivée en 13 h 55 min et 27 s aux Gaillands. Record battu de 27 minutes !! Anthony a plié aux Chapieux car il n'était pas au mieux.
Bilan : 13 h 55