COURIR EN MONTAGNE

--- Le GR54 en 4 jours ---

Jour 1
40km 3000m+ 3080m-
Entre les Aigues / La Chapelle en Valgaudemar

Première journée, météo France annonce du grand beau temps pour longtemps, les jambes sont légères, les bisous à la famille sont faits.
Quatre cols nous verront certainement passer lors de cette très belle étape.
Cette année, nous sommes trois : Isabelle, Nicolas et Luc à priori bien préparés.
Nico est aux portes de l'équipe de France de course en montagne et Isabelle en a enfin fini avec les pressions médiatiques de sa récente performance en ski alpinisme.
Le ciel bleu est là, les dénivelés aussi et nous posons pied sur le GR54 et nous nous élevons vers le col de l'Aup Martin qui est atteint en 1 h 45. Le refuge de la Chaumette via le pas de la Cavale l'est une heure plus tard.
Un ravitaillement en eau et coca et nous entamons le col de la Valette et sa franche montée réalisée en 1 h 04. Les cols de Gouiran et Vallonpierre sont avalés et le refuge de Vallonpierre et là au bout de 5 h 19.
Les 2 h 05 de descente jusqu'à La Chapelle feront un petit peu mal car il fait chaud et c'est roulant, roulant...
L'arrivée se concluera au bar devant des boissons sucrées, gazeuses selon les désirs.

Aup MartinDescente Pas de la Cavale

Jour 2
39km 3960m+ 4100m-
La Chapelle en Valgaudemar / Venosc

C’est pas à la chapelle en valgaudemar que vous risquez d’être réveillé en pleine nuit par des loubards éméchés, ainsi nous sommes frais et dispo pour attaquer le gros morceau du GR, l’étape mythique qui nous mènera jusqu’à Vénosc.
Le bitume des premiers kilos permet de monter en température avant la longue montée de Vaurze bouclée en 2 h 10. Le sommet se révèle une pure merveille de trailer !!!
Une crête qui se limite à son strict minimum et du côté de la descente tout à l’ombre un immense éboulis à 40°.
Difficile de s’alimenter dans ces conditions, du coup, l’ arrêt au Désert permet à toute la troupe de se requinquer avant le plat de résistance : Côte Belle + Muzelle.
Ce + 1000 mètres donne des ailes à certains et représentera le calvaire pour d’autres (Ils se reconnaîtront) mais pas le temps de souffler que la Muzelle se profile déjà avec son final qui dépouille. Le dernier quart d’heure de cette montée verra notre Isabelle déposer tout ces machos sans coup férir.
Nous en sommes à 8 h de course et il ne reste plus qu à se laisser descendre vers Vénosc, façon de parler d’ailleurs tellement c’est long !!! L’ étape aura duré 10 h 04, un bon morceau pour nos organismes qui pourront se refaire sur les 2 derniers jours.

Le Désert

Jour 3
30km 2220m+ 1910m-
Venosc / La Grave

Après un repos bien mérité, nous quittons Vénosc pour rejoindre la « civilisation », les 2 Alpes et ses « shtroumphs ».
Ce sera la 1 ère étape gastronomique de la journée.
La descente sur le lac de Chambon ne restera pas dans les mémoires : pistes de VTT, engins divers, travaux, routes, … .
Arrivé à Mizoën (2 nde étape gastronomique), tout recommence. La magie des chemins et du paysage est de retour pour nous accompagner. Mais après quelques faux « plats », le refuge des clots est le bienvenu (3 ème étape gastronomique). Le gardien doit se souvenir de la commande!!!
L’étape d’hier a dû vraiment puiser dans les réserves. Après cet arrêt salvateur, nous voilà repartis pour le plateau d’Emparis où il est impossible de rester insensible au panorama. Les jambes avancent toutes seules ou presque ! Début d’après midi et déjà nous descendons sur la Grave.
Quel plaisir de finir une étape avant l’heure du goûter !!! Le reste de la journée nous permettra de nous ravitailler sans fin !!!

Emparis

Jour 4
34km 2000m+ 1900m-
La Grave / Chambran

Un départ doux, mais le moral est assez partagé entre dernière étape, synonyme du retour dans nos petites familles, et dernière étape comme la fin d’une belle aventure.
Mais la montée sur le col d’Arsine va nous démontrer que ce n’est pas encore fini. Dans cet ascension, le moral ne servira qu’à avancer et rien d’autre. La descente sur le Monétier les bains , nous ramène à la réalité des pique-niques en famille. Certains randonneurs attraperont momentanément notre virus et nous accompagneront pendant quelques foulées. Enfin (ou bien déjà) le dernier col, la première partie de bitume sera l’occasion de quelques dernières conversations très informelles de trailer …
Puis un vent de folie a envahi mes 2 compères, en quelques centaines de mètres, je n’ai plus vu personne. Rendez-vous au col de l’Eychauda !!! Et la fibre familiale nous reprend, nous regardons un peu partout autour de nous. Personne ! Nous les retrouverons au parking de Chambran.
Ils nous reconnaissent sans problème, nos 4 jours de balades en montagne, ne nous ont pas trop transformés !!!

IsaEauIsa